Exposition "Au cœur de la collection XVIe - XIXe siècle - Musée d'art

Date 
26 Novembre 2021 12h00 - 22 Mai 2022 18h00
Pour cette nouvelle exposition temporaire, le Musée d’Art de Toulon a souhaité plonger les visiteurs au cœur de sa collection d’art ancien en exposant une sélection de quarante-huit tableaux parmi les œuvres les plus significatives de sa collection.

Le fonds ancien du MAT s’est progressivement formé et enrichi au fil du temps et offre une grande diversité dans les styles, les genres et les courants représentés. En complément des salles permanentes consacrées aux thèmes du paysage et du voyage en Orient, le présent
accrochage aborde, autour de quatre sections, d’autres genres picturaux du XVIe au XIXe siècle. La peinture mythologique, la peinture religieuse, la nature morte et le portrait sont présentés selon un parcours chronologique qui retrace la création artistique européenne et son évolution à travers les siècles.

Cette exposition illustre ainsi les différentes Écoles française, italienne et nordiste et montre de grands mouvements picturaux comme la Renaissance, le Baroque, le Classicisme, le Romantisme, le Réalisme…


La peinture d’histoire : peintures mythologique et religieuse


La mythologie gréco-romaine a pendant longtemps occupé une place centrale dans la culture occidentale. Dans cette section, on retrouve l’un des chefs dœuvres de Michel Serre, peintre marseillais prodigieux au style baroque, sur le thème de Bacchus et Ariane ainsi que deux tableaux de Charles-Amédée Van Loo qui représentent les saisons à travers des jeux d’enfants. La production d’œuvres d’art religieux est abondante car l'Église est le principal commanditaire du Moyen-Âge au XIXe siècle. Les sujets bibliques offrent une grande variété de thèmes à aborder.


Dans cette section, une somptueuse Vierge à l’Enfant de Francesco Granacci est présentée et révèle les changements amorcés dans les épisodes religieux à l’époque des primitifs italiens. Pendant la Contre-Réforme, la peinture religieuse connaît un important développement à travers le courant baroque comme en témoignent les œuvres de Massimo Stanzione et Valentin Moïse.


 Entre vedute et caprices


Dès le XVe siècle, l’Italie devient le principal centre artistique européen et Rome en est le point de convergence. Le paysage de ruines antiques rencontre un vif succès au milieu du XVIIe siècle chez les peintres qui découvrent la capitale italienne. Tous sont charmés par la monumentalité et l’atmosphère poétique de ces vestiges, comme le peintre italien Giovanni Ghisolfi qui mêlent dans ses tableaux des ruines imaginaires et réelles. Au XVIIIe siècle, le voyage à Rome se généralise grâce à la mode du Grand Tour. Durant un long séjour en Italie,
Hubert Robert se sensibilise à l’architecture antique et peint à la fois des ruines réelles et des ruines imaginaires.

La nature morte

Bien qu’il s’agisse d’un thème mineur dans la collection, on y trouve des œuvres de qualité d’artistes locaux et d’artistes plus réputés. Une somptueuse nature morte de Meiffren Conte, qui date de la période de l’âge d’or de la nature morte française, est ainsi dévoilée et montre les effets grandiloquents du style baroque. Sont également exposées une œuvre de François Bonvin, considérée comme l’un des meilleures peintres de nature morte du XIXe siècle ainsi qu’une oeuvre de Théodule Ribot, le spécialiste des scènes de cuisine à l’atmosphère
sombre. A leurs côtés, figurent des natures mortes provençales, liées au repas et aux ingrédients de la Provence, tels que les fruits et les produits de la mer, comme en témoignent les œuvres de Gaspard Coste et Victor Gensollen.

En savoir plus 

 Artistes exposés


Ecole italienne


Francesco Granacci (1469/1477 – 1543)
Massimo Stanzione (1585-1656)
Guillaume Courtois (1628-1679)
Giovanni Ghisolfi (1632-1683)
Luca Carlevaris (1665-1730)
Ecole nordiste
Joachim Bueckelear (1530-1573)
Gerrit van Honthorst (1590-1656)


École française


Moïse Valentin (1591-1632)
Meiffren Conte (1630-1705)
Laurent Fauchier (1643-1672)
François de Troy (1645-1730)
Michel Serre (1658-1733)
Noël Hallé (1711-1781)
Charles-Amédée Van Loo (1719-1795)
Hubert Robert (1733-1808)
Simon Julien (1735-1800)
Honoré Revelly (XVIIIe siècle)
François-Marius Granet (1775-1849)
Jean-Baptiste Paulin Géurin (1783-1855)
Gaspard Coste (1803-1855)
Charles-Adolphe Bonnegrâce (1808-1882)
François Bonvin (1817-1887)
Théodule Ribot (1823-1891)
Adelaïde Salles-Wagner (1824-1890)
Félix Guérin (1825-1865)
Ernest Duez (1843-1896)
Eugène Carrand (1849-1906)
Albert Besnard (1849-1934)
Raphaël Collin (1850-1916)
Octave Gallian (1855- ca. 1904)
Etienne Martin (1856-1945)
Victor Gensollen (1859-1897)

 

École nordiste

Joachim Bueckelear (1530-1573)
Gerrit van Honthorst (1590-1656)
 

Contacts